Dires 189

très douce chaque nuit une vive voix m’étreint comme un linceul

Publié dans Dires | Marqué avec , ,

Bribes 9.5 (à celle qui ne vient qu’une fois)

qui peut deviner ta voix dans le vent
encordée pierre à pierre jusqu’au ciel
qui peut te reconnaître dans mes yeux sans nuages
qui peut chanter ton nom coeur à terre
en plein vol

chaque mot chaque note est une main tendue de voiles

et ce froid qui s’installe
qui peut en rire encore bouche gercée de sel
mer toujours brûlante de nos écumes
mordant le sexe
de nos saisons éblouissantes

puis très haut plus haut que tous les jardins

qui peut donc sans vertige contempler ton soleil

Publié dans bribes | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , ,

Dires 188

sur l’oreiller sa tête blanche fruit pur qui se délie. filigrane silencieux de ma main. l’épaulée dans l’hiver d’amandiers

Publié dans Dires | Marqué avec , , ,

Bribes 9.4

brûlée la terre écrite
pour que dans l’élan
les oiseaux toujours
s’envolent

nous traversent

Publié dans bribes | Marqué avec , ,

Shima 52

ce qui se lève fragile c’est la peur
l’aube perce-neige ma semence
l’adieu à tous les assassins

Publié dans Shima | Marqué avec , , , ,

Dires 187

il faut la voir ramper cette lame illisible qu’on prenait pour la mer qui désormais m’ébranche méticuleuse

Publié dans Dires | Marqué avec ,

L’arrache-coeur

jusqu’à ma paupière noircie

monde hideux

tu n’arracheras pas ma lumière

Publié dans L'arrache-coeur | Marqué avec , ,