Archives mensuelles : avril 2012

Aporos 1 / 120

Reconnaitre des eaux l’entière partition. Dès la clé de la source, fredonner da capo le chant des équinoxes.

Publié dans Aporos | Tagué , , , , , | Poster un commentaire

Aporos 1 / 119

Né de ce rien qui tremble aux visages du même, entre les je du miroir, de quel côté court le frisson?

Publié dans Aporos | Tagué , , , , , | Poster un commentaire

Aporos 1 / 118

Je n’ai aucune nostalgie sinon celle, vertigineuse et anticipée, de ma propre mort.

Publié dans Aporos | Tagué , | Poster un commentaire

Aporos 1 / 117

Le printemps est une main qui tremble à la lisière d’un don.

Publié dans Aporos | Tagué , , , , | Poster un commentaire

Aporos 1 / 116

Laisse donc l’embellie tresser seule sa corbeille. Sans l’élan de la foudre tu y dormirais nu.

Publié dans Aporos | Tagué , , , , | Poster un commentaire

Aporos 1 / 115

Un vol impatient et le renon d’aiguilleurs bleuit la chair du ciel au seuil de nos saisons utiles.

Publié dans Aporos | Tagué , , , , , | Poster un commentaire

Aporos 1 / 114

Lucidité chez l’oiseau – la branche précède le chant.

Publié dans Aporos | Tagué , , , | Poster un commentaire

Aporos 1 / 113

Hors champ sous le corps de la mer, nos soleils chus ne réchauffent donc plus que le sexe assoupi d’un monde imaginaire.

Publié dans Aporos | Tagué , , , , , | Poster un commentaire

Aporos 1 / 112

Sous nos profonds orages, la fleur du cerisier n’a qu’un travail, scander nos chants aveugles.

Publié dans Aporos | Tagué , , , , , | Poster un commentaire

Aporos 1 / 111

Indéfiniment rien ne tarira aux fontaines attentives. À puiser, l’eau s’éveille.

Publié dans Aporos | Tagué , , , , | Poster un commentaire