Bribes 12.3

autant de couleurs font chair
dernière fleur sous le masque
des mots

voir naître l’ange et l’étreindre

sans armes rassembler
nos mers
nos ciels
la proue du monde

Publié dans bribes | Marqué avec , , , , , , , ,

Dires 223

même en saison de laine et d’avalanche je veux garder mon droit d’émeute

Publié dans Dires | Marqué avec , | Un commentaire

Dires 222

dans mon récit d’aveugle quelle couleur a son geste nu quelle lumière enflamme le dos de ses prairies

Publié dans Dires | Marqué avec , , , ,

Aporos 268

sous l’écorce de chaque souffrance il y a la mer, qui te regarde, qui traverse depuis toujours l’enfant qui pleure et meurt dans ta main ouverte

Publié dans Aporos | Marqué avec , , ,

Bribes 12.2

je ne suis pas absent
j’afflue à la page inconnue
un dessin blanc sur le silence

j’affleure

j’effleure au bout de tes doigts
le filigrane étrange
d’un visage blessé

au fil du temps
au feu des mots
ma couleur est tenace

je ne suis pas absent
je pleure un jardin bleu

Publié dans bribes | Marqué avec , , , , , , , ,

Shima 67

désert est ce pays où les soleils s’endorment

fausse nuit sur ma peau et caresse de sable

dans un champ mon vœu brûle

Publié dans Shima | Marqué avec , , , , , , | Un commentaire

La nuit claire

Dans les géométries non-euclidiennes les parallèles se croisent; un exemple c’est l’espace courbe près des soleils, planètes et autres objets massifs.

d’une même oscillation
dans l’espace incliné
l’étendue qu’on traverse
un soleil son parfum sur nos mains
tenues

dos à dos dans la fuite
scintillants dans l’excès
brûlant les souches

nous faisons hors du temps
l’invisible voyage
un beau chemin d’écart

depuis l’enfance une lumière
nous tend un lourd secret
lapidé de douleur
qui ne nous atteint pas

une folie ruisselle entre les mains des hommes
qui sans appui
ne diluera jamais
notre mer inouïe

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , , , , , , , , , ,